ÉVANGILE PRÉ-JOHANNIQUE

 

Il y eut un homme envoyé par IÔA. Celui-ci vint afin de rendre témoignage à la lumière afin que tous crussent par lui. Celui-ci n’était pas la lumière, mais pour rendre témoignage à la lumière.

 

Envoient vers Yôhanan les Juifs demandant: «Qui es-tu?» Et il dit: «Je ne suis pas le Messie.» Ils disent: «Es-tu Èlia?» Il dit: «Non.» «Es-tu le Prophète?» Il dit: «Non.» «Dis-nous donc qui tu es, afin que nous rendions réponse à ceux qui nous ont envoyés.» «Je suis la voix de celui qui crie dans le désert: Redressez le chemin du Maître, comme dit Yashaya.» Et ceux qui avaient été envoyés étaient d’entre les Pharisiens. Et ils lui disent: «Pourquoi donc baptises-tu si tu n’es ni le Messie, ni Èlia, ni le Prophète?» «Et au milieu de vous se tient celui que vous ne connaissez pas, celui qui vient derrière moi, qui est passé devant moi, dont je ne suis pas digne de dénouer la courroie de sandale.» Ceci, à Béthabara, au-delà du fleuve Jourdain.

 

Et Yôhanan rendit témoignage: «J’ai vu le Souffle en forme de colombe descendant sur lui. Et moi je ne le connaissais pas, mais celui qui m’a envoyé m’a dit: “Celui sur qui tu verras le Souffle descendant, c’est lui.” Et moi j’ai vu et j’ai témoigné que c’est lui l’Élu de IÔA.»

 

Le lendemain Yôhanan se tenait-là et des disciples près de lui. Et ayant regardé Yôshéya passant, il dit: «Celui-ci est l’Agneau qui enlève les péchés du monde. C’était lui dont j’ai dit: «Celui qui vient derrière moi est passé devant moi car il était avant moi.» C’était environ la dixième heure. Et l’ayant entendu ils suivirent. Et l’un d’eux était Andréas, le frère de Shamôn. Il trouve au matin Shamôn et il lui dit: «Nous avons trouvé le Messie.» Il le conduisit à Yôshéya. Et l’ayant regardé, Yôshéya dit: «Tu es Shamôn, fils de Yôhanan, tu t’appelleras Kèpha.»

 

Et il partit pour la Galilée et ayant trouvé Philippos il dit: «Suis-moi.» Philippos trouve Nathanël et il dit: «Celui dont Moshè a écrit, et les prophètes nous l’avons trouvé: Yôshéya, fils de Yôsaph, celui qui est de Nazareth.» Et il le mène à Yôshéya. Or Yôshéya, ayant vu Nathanël, dit: «Celui-ci est un vrai fils d’Israël en qui il n’y a pas de ruse.» Nathanël dit: «D’où me connais-tu?» Il dit: «Avant que Philippos ne t’appelle, sous le figuier je t’ai vu.» Nathanël dit: «Rabbi, tu es le Roi d’Israël.» Et il lui dit: «Si donc vous voyiez les messagers montant et descendant sur le Fils de l’homme!»

 

Il y eut une noce à Cana de Galilée et Yôshéya fut invité aux noces. Or la mère de Yôshéya était là aussi, et ses frères. Et ils n’avaient pas de vin. Alors, la mère de Yôshéya lui dit: «Il n’y a pas de vin.» Yôshéya lui dit: «Qu’y a-t-il entre moi et toi, femme? Mon heure n’est pas encore venue.» Or il y avait là six jarres de pierre, pour les purifications des Juifs. Yôshéya dit aux serviteurs: «Puisez et portez au maître du festin.» Or eux portèrent. Or, quand le maître du festin eut goûté, et il trouva l’eau devenue du vin! Ceci fit Yôshéya comme premier signe à Cana de Galilée.

 

Après cela, il vint à Capharnaüm, lui et sa mère et ses frères. Et ils étaient là durant peu de jours. Or il monta à Jérusalem et il trouva là ceux qui vendaient bœufs et moutons et colombes, et ayant vu les changeurs assis il les chassa et il renversa leurs tables. Et à ceux qui vendaient les colombes il dit: «Enlevez cela d’ici et ne faites pas de la maison de mon Père une maison de commerce.» Ses disciples se souvinrent qu’il est écrit: “Le zèle de ta maison me dévore.” Et ils lui disent: «Quel signe montres-tu pour faire ces choses?» «Détruisez ce temple et en trois jours il sera relevé.» Lorsqu’il fut relevé d’entre les morts, alors ils se souvinrent et ils crurent à sa parole.

 

Et il y avait un homme d’entre les Pharisiens, du nom de Nikodêmos. Il vint pendant la nuit à lui et il lui dit: «Maître, nous savons que tu es venu de la part de IÔA et personne ne peut faire ces choses que tu fais si IÔA n’est pas avec lui.» Et il lui dit: «En vérité, en vérité, je te dis: si quelqu’un ne naît pas de nouveau il ne peut voir le Royaume de IÔA.» Nikodêmos lui dit: «Est-ce que peut un homme vieux dans le sein de sa mère entrer et naître une seconde fois?» «En vérité, en vérité, je te dis: si quelqu’un ne renaît pas du Souffle il ne peut entrer dans le Royaume des cieux. Ce qui est né de la chair est chair et ce qui est né du Souffle est Souffle. Il souffle où il veut, le Souffle, et tu entends sa voix mais tu ne sais pas d’où il vient et où il va. Ainsi est quiconque est né du Souffle. En vérité, en vérité, je te dis que nous disons ce que nous savons et nous témoignons de ce que nous avons vu et notre témoignage personne ne le reçoit.»

 

Or était Yôhanan baptisant. Or il y eut une discussion venant des Juifs avec les disciples de Yôhanan au sujet de purification. Et ils vinrent vers Yôhanan et lui dirent: «Rabbi, celui qui était avec toi au-delà du Jourdain, il baptise et tous vont à lui.» Yôhanan leur dit: «Personne ne peut recevoir si ça ne lui a pas été donné d’en haut. Vous-mêmes témoignez que j’ai dit: “Je ne suis pas le Messie, mais que j’ai été envoyé devant lui.” Celui qui a l’épouse est l’époux; mais l’ami de l’époux, qui se tient là et qui l’écoute, se réjouit de joie à la voix de l’époux. Cette joie donc, la mienne, est pleine. Il faut que nos affaires diminuent mais que croissent les siennes. Celui qui vient d’en haut est au-dessus de tous; celui qui est de la terre parle de la terre. Ce qu’il a entendu, il le dit, et de ce qu’il a vu, il rend témoignage et son témoignage, personne ne le reçoit. Celui qui reçoit son témoignage a certifié que IÔA est véridique. Car celui que IÔA a envoyé dit les paroles de IÔA. Celui qui croit dans le Fils a la vie éternelle; celui qui ne croit pas dans le Fils ne verra pas la vie mais la colère de IÔA sera sur lui.»

 

Il vint dans une ville nommée Sychar, proche du terrain qu’avait donné Yaqôb à Yôsaph son fils, où était la source de Yaqôb. Mais lui, fatigué, s’était assis. C’était environ la sixième heure. Or vient la femme de Samarie pour puiser de l’eau. Yôshéya lui dit: «Donne-moi de l’eau à boire.» Ses disciples n’étaient pas encore venus. Lui dit la femme: «Toi qui es juif, comment demandes-tu de l’eau à moi?» Et il lui dit: «Si tu savais qui est celui qui te dit: “Donne-moi à boire”, toi, tu l’aurais prié et il t’aurait donné de l’eau vive.» Elle lui dit: «Tu n’as même pas de sceau et le puits est profond! Serais-tu plus grand que notre père Yaqôb qui nous a donné cette eau et lui-même a bu de cette source et ses fils et ses troupeaux?» Yôshéya lui dit: «Qui boira de cette eau aura encore soif, mais qui boira de l’eau que je lui donnerai n’aura plus jamais soif mais il y aura en lui une source d’eau jaillissant pour la vie éternelle.» Il lui dit: «Va, appelle ton mari et viens ici.» Mais elle dit: «Je n’ai pas de mari.» Et il lui dit: «Tu as bien dit: “Je n’ai pas de mari” car tu en as eu cinq et celui-là que tu as n’est pas ton mari.» Elle lui dit: «Je vois que tu es un prophète.» Et elle laissa-là la jarre et ayant couru à la ville elle dit: «Venez voir un homme qui m’a dit tout ce que j’ai fait, est-ce que ce ne serait pas le Messie?» Et ayant entendu, ils sortaient vers lui. Et ils le priaient de demeurer chez eux et il entra dans la ville et il demeura chez eux deux jours.

 

Or il y avait un fonctionnaire royal dont le fils était malade à Capharnaüm. Et étant venu il demandait de guérir son fils. Yôshéya lui dit: «Ton fils vit.» Il crut à sa parole. Et comme il partait, virent à sa rencontre en disant: «Ton fils vit.»

 

Après cela Yôshéya vint à une fête à Jérusalem. Or il y a à Jérusalem une piscine; ayant cinq portiques. Autour d’elle gisait une foule de malades, aveugles, boiteux, impotents, attendant le mouvement de l’eau. Car un messager se lavait et agitait l’eau; le premier donc qui descendait après l’agitation de l’eau devenait guéri quelle que fût la maladie dont il était atteint. Or il y avait un homme depuis 38 ans affligé de sa maladie. Yôshéya l’ayant vu gisant et sachant qu’il était affligé depuis longtemps lui dit: «Veux-tu devenir guéri?» Il lui dit: «Oui maître mais je n’ai pas d’homme afin que, lorsque l’eau est agitée, il me porte dans la piscine, mais lorsque moi j’y viens, un autre descend avant moi.» Yôshéya lui dit: «Prends ton grabat et va-t’en.» Et aussitôt il devint guéri et il se leva et il s’en alla. Après cela Yôshéya le trouve dans le temple et il lui dit: «Voici que tu es devenu guéri; ne pèche plus de peur qu’il ne t’arrive quelque chose de pire.»

 

Leur disait donc Yôshéya: «En vérité je vous dis: le Fils ne peut pas faire s’il ne voit pas le Père faisant; car ce que celui-ci fait, cela aussi le Fils le fait pareillement. Car le Père aime le Fils et lui montre tout ce que lui-même fait et de plus grandes il lui montrera afin que vous soyez étonnés. Car comme le Père réveille les morts et les vivifie, ainsi le Fils aussi ceux qu’il veut il les vivifie. Car le Père ne juge personne mais le jugement tout entier il l’a donné au Fils afin que tous honorent le Fils comme ils honorent le Père, celui qui n’honore pas le Fils n’honore pas le Père qui l’a envoyé.

 

En vérité je vous dis que celui qui écoute mes paroles et croit à celui qui m’a envoyé a la vie éternelle et en jugement il ne vient pas mais il est passé de la mort à la vie.

 

En vérité je vous dis que l’heure vient et elle est maintenant lorsque les morts entendront la voix du Fils de IÔA et ils vivront.

 

Je ne peux rien de moi-même mais comme j’entends je juge et mon jugement est juste parce que je ne cherche pas ma volonté mais la volonté de celui qui m’a envoyé. Si je me rends témoignage à moi-même, mon témoignage n’est pas valable. Vous avez envoyé vers Yôhanan et il a rendu témoignage à la vérité. Mais moi, ce n’est pas d’un homme que je reçois le témoignage; mais je vous dis cela afin que vous soyez sauvés. Celui-ci était la lampe qui brûle et qui brille; mais vous, vous avez voulu vous réjouir une heure à sa lumière. Mais moi, j’ai un témoignage plus grand que Yôhanan; car les œuvres que le Père m’a données pour que je les fasse témoignent à mon sujet que le Père m’a envoyé. Et le Père qui m’a envoyé, lui a témoigné à mon sujet; ni vous n’avez jamais entendu sa voix ni vu son visage et sa parole n’est pas auprès de vous. Vous scrutez les Écritures dans lesquelles vous pensez avoir la vie. Ce sont elles qui témoignent à mon sujet. De gloire, je n’en reçois pas des hommes mais je vous connais, que l’amour de IÔA vous ne l’avez pas. Je suis venu au nom de mon Père et vous ne me recevez pas; si un autre vient en son propre nom, vous le recevrez.

 

Ne croyez pas que moi, je vous accuserai auprès de Père; c’est Moshè qui vous accuse, en qui vous espérez. Car si vous croyiez en Moshè, vous croiriez en moi; car à mon sujet, lui, il a écrit. Mais si aux écrits de celui-ci vous ne croyez pas, comment à mes paroles croirez-vous?»